QL_FD.png
1.png

Je suis désolée, je suis incapable de n'en nommer qu'un seul !

Dans un ordre aléatoire : l'île de Cape Clear au sud de l'Irlande ; la maison de mes ancêtres à Havre-Aubert (Portage-du-Cap) ; le chalet familial à Orford, au bord du Lac à la Truite. Ils ont tout de même un élément en commun : la proximité de l'eau et de la nature. Ces lieux, je les porte en moi et m'y rends en pensée quotidiennement.

2.png

J'ai la chance d'avoir été en contact avec la mer depuis mon plus jeune âge. Enfant, c'était principalement les plages américaines du New Jersey et du Maine. Ado, quand mes parents ont acheté la maison familiale à Havre-Aubert, je me suis familiarisée avec la mer des Îles. Si le son de ses vagues et ses parfums m'apaisent, je dois avouer que sa vision me trouble; dans son immensité et sa puissance, je ne peux m'empêcher de voir les dangers qu'elle représente. Ceci dit, quand je marche en ville, j'imagine souvent que la mer se trouve derrière une rangée de maisons et cette seule pensée m'inspire une grande liberté.

3.png

Ce n'est pas une condition essentielle à la création, mais le summum est un endroit près de la nature, ou mieux, dans la nature. Si je décline en quelques mots, j'adore quand calme, stabilité, silence et solitude sont réunis. Aussi, j'aime sentir que je dispose de beaucoup de temps pour écrire, que je n'ai pas de rendez-vous ou d'autres activités prévues : je me permets alors de me perdre davantage dans ce que je crée. C'est un immense privilège de pouvoir parfois bénéficier de ces conditions pour écrire, comme c'est le cas dans le cadre de ma résidence cet automne aux Îles-de-la-Madeleine.

5.png

Je pourrais en nommer tellement, mais je vais me contenter de nommer celles qui me viennent à l'esprit spontanément : Ying Chen, Claire Legendre, Nelly Arcan, Amélie Nothomb, Marguerite Duras, Annie Ernaux.

7.png
8.png

Les libraires sont pour moi des interlocuteurices d'excellence en matière de livres, des passionné.e.s à la fois des humain.e.s et des mots. Iels font vivre les livres parmi les lecteurices en favorisant les découvertes et rencontres heureuses. Iels ont toute ma reconnaissance et mon admiration.

vague.png

Chez Flottille, on aime dire de la littérature qu’elle est μεταφορά | metaphorá, qu’elle porte le sens.

C’est ce qui nous a fait naître artisan·e·s libraires. De la libraire, nous avons la passion d’admirer et comme l’artisan·e, nous déployons l'œuvre vers la communauté.

 

Nous disons aussi que cette passion nous porte à ...

◎ Lire, comme respirer, un acte vital et nécessaire.  

⏀ Réfléchir pour faire un usage fécond de la pensée et reconnaître que la vie en a été subtilement altérée.

⏂ Partager pour convoquer la poésie d’une bouteille lancée à la mer, pour laisser fuir les limites intimes de la lecture.

9.png

◎ Lire, pour rencontrer d'autres vies, d'autres manières de voir et de dire, et me laisser transformée par celles-ci.

⏀ Réfléchir pour sculpter les pensées intuitives, le deuxième temps de ma création.

⏂ Partager pour faire circuler les expériences, les idées, les visions, et ainsi dissoudre les solitudes.

Fanie Demeule.png